17 mai 2017

{Chronique} Les soeurs Carmines

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…







-Exactement. Vous devez être la maligne de la famille., (puis se tournant vers Tristabelle) et vous l'enquiquineuse!
-C'est plutôt Dolorine, la maligne de la famille, continua Merry. Notre petite soeur. Vous faites donc à moitié erreur.
Tristabelle lui jeta un regard noir. L'horloger libéra enfin son menton et s'écria:
-Trois filles? Par les épouvantails! Vos parents ne doivent plus savoir où donner de la tête. J'en ai deux comme vous, moi aussi. Et ce n'est déjà pas une partie de plaisir...



Oui et mille fois oui, c'est effectivement la couverture des soeurs Carmines qui a d'abord attiré mon attention. Ajoutez à cela un résumé alléchant et la mention d'un univers proche de ce que pourrait inventer Tim Burton et c'est bon, vous m'avez perdu. Un immense remerciement à la maison d'édition Mnémos et en particulier à la collection Naos pour l'envoi de ce livre. C'est le tout premier roman que j'ai l'occasion de lire venant de cette maison d'édition. Une chose est maintenant sûre, ce ne sera pas le dernier.
 
Merryvère vit dans la maison familiale à Grisaille en compagnie de sa soeur aînée et de sa soeur cadette. Les finances n'étant pas au beau fixe depuis la disparition de leur mère, la famille vit des menus larçins de Merryvère et même de cette façon, les trois soeurs ont du mal à joindre les deux bouts. Leur situation empira d'un cran le jour où Merryvère exhuma un cadavre et déroba une simple petite cuillère.
Dommage que l'histoire soit si courte. Voilà ce que je me suis dit en refermant les pages de Les soeurs Carmines avec lequel j'ai passé un délicieux moment de lecture. Pour un premier roman de la part de l'auteur, je l'ai trouvé bien construit et doté d'une écriture efficace et soignée quoi qu'un peu trop recherchée et pompeuse à certains moments. Heureusement ce style d'écriture assez ampoulé n'a pas alourdit pour autant le rythme de l'histoire qui est ici particulièrement dynamique grâce à la mutlitude d'actions rocambolesques dont nous abreuve Ariel Hotzl.
Il va en effet arriver bien des choses à la pauvre Merryvère passé le moment où elle fit un petit détour par le cimetière de Grisaille. Merryvère est une héroine intéressante, courageuse et altruiste mais qui m'a peut-être moins marqué que ses deux soeurs. J'ai adoré sa grande soeur Tristabelle qui est paradoxalement un personnage assez détestable. Imbue d'elle-même, elle parle d'une voix affectée et est exécrable avec tout le monde. Ma petite chouchoute reste Dolorine, la cadette, qui possède un don évident pour voir les fantômes mais également pour s'attirer des ennuis. J'ai particulièrement adoré les passages du livre qui nous font découvrir des extraits de son journal intime. Un vrai régal! Le livre aurait été construit uniquement sous cette forme que ça ne m'aurait pas déplu! Reste que ces trois jeunes filles tout comme les autres personnages de ce roman sont particulièrement atypiques.
L'autre point marquant de ce récit c'est bien entendu l'univers qui est un joli méli-mélo gothique à la sauce victorienne et à l'ambiance sombre et mélancolique. Grisaille est une ville qui porte bien son nom dans laquelle huit famille aristocratiques coexistent péniblement tout en passant leur temps à comploter les uns contre les autres pour prendre l'ascendant. L'auteur a introduit dans son histoire une mythologie riche et percutante. Nécromants, vampires, gorgones, les créatures sont nombreuses!Violence, combats et giclées de sang sont également au rendez-vous dans cette histoire si particulière.
En résumé, même si l'histoire n'est pas exempte de défauts (l'écriture trop soutenue m'a parfois fait grimacer et certains passages m'ont moins convaincu que d'autres) je dois dire que j'ai quand même passé une très bonne lecture. Véritable bouffée d'oxygène atypique, ce livre possède un charme un peu désuet qui ne m'a pas laissé indéfférente et je lirai la suite avec curiosité et plaisir.
 
★★★★☆ 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire